Déc 03 2014

Guérir, ça ne se fait pas tout seul


Guérir, ça ne se fait pas tout seul

113540931

Notre pouvoir de guérison

Date: 6, 7 déceembre, samedi et dimanche de 9h00 à 17

Coût : 220$ (taxes inclues) prix réduit pour ceux qui ont fait une formation avec moi ( 150$)

Lieu : au Centre Accès Trager, 573 de Bienville, à Montréal

 

Le processus de guérison : les éléments de base

La vie nous veut heureux, vraiment !

Parfois on peut le douter, mais même avec nos gestes ignorants, nos négligences, elle est là, comme une bonne mère, prête à nous ramasser, nous soigner et nous remettre sur notre route.

Elle est complice dans le maintien de notre santé et bien-être. L’intelligence innée à la source de notre conscience humaine est au service de nos besoins quotidiens, un service gratuit sans carte.

Quand il se produit un malaise, l’inconfort est un signal qui nous informe qu’il y a un manque, un besoin à identifier et à combler. Quand on devient complice avec ces indices, on agit consciemment pour répondre à ces besoins et entretenir notre santé.

Pour la plus part du temps, ce système d’équilibre, d’homéostasie, agit sans notre intervention, toutes formes de petits ajustements qui fonctionnent automatiquement pour notre santé optimale.

Cette intelligence innée sert non seulement notre santé physique, mais elle est présente dans toutes les dimensions de notre vie; relationnelle, psychologique, sociale, environnementale,…

Mais parfois on est confronté avec une situation qui demande toute notre attention; une maladie, une blessure, un accident, une rupture, une urgence,…

La vie nous demande d‘être plus complice dans un processus de guérison, apprendre à s’accompagner avec intelligence, empathie, courage, patience et humilité.

Un des apprentissages les plus difficiles pour la plupart d’entre nous, est de comprendre qu’on n’est pas seul dans ce processus. Oui on a notre part à faire, il faut s’arrêter, écouter et agir, utiliser toutes nos ressources nécessaires, mais il faut aussi demander et s’ouvrir à recevoir l’aide que la vie nous offre.

Quand on s’ouvre à la réalité de notre interconnexion avec toute la vie, on reçoit de l’aide qui parvient de toutes sources, même celles imprévues. La synergie d’une intelligence plus grande agit en nous, à travers nous et autour de nous.

La plupart du temps cela se fait simplement, dans le mouvement fluide de notre quotidien, mais parfois on est porté dans la grâce d’une transformation miraculeuse, au-delà de nos espérances, de notre compréhension.


 

Je souligne quelques éléments que j’ai pu identifier à travers mon voyage personnel et professionnel par rapport au processus de guérison.

 

  1. Être avec ce qui est :

S’arrêter et prendre conscience de la situation comme elle se présente, être capable d’accueillir la réalité comme elle est, vivre le malaise, la souffrance,…exprimer nos sentiments, nos émotions, nos états d’être

 

  1. Compassion pour soi :

Ouvrir notre cœur, notre compassion à soi-même, être reçu, écouté,  accompagné par les autres et la vie avec amour, empathie, tendresse, être soigné, soulagé dans notre détresse, besoin,…

 

  1. Questionnement :

 Réfléchir sur la cause du malaise, la source immédiate et / ou historique de la souffrance, catalyser un processus de recherche, seul, avec d’autres, en famille, des amis-es, professionnels,…parfois confrontant.

 

  1. Identification du besoin :

 Prendre conscience du (des) besoin (s) prioritaire (s) qui s’exprime à travers ce malaise et répondre à ce besoin le mieux qu’on peut d’abord avec soi-même. Voir le processus comme une apprentissage personnel et collectif, pas seulement notre guérison individuelle.

 

  1. Demander de l’aide :

 S’ouvrir aux autres, aux professionnels, à l’intelligence de la vie, se lier consciemment au processus de guérison qui émerge. Choisir et recevoir les traitements, les ressources,… aidantes.

 

  1. Comprendre les mécanismes conscients et inconscients :

 Apprendre à identifier les symptômes, les signaux conscients et inconscients qui nous informent d’un déséquilibre, d’un manque, d’un comportement nuisible.

 

  1. Transformer nos comportements nocifs :

 Devenir plus complice dans la transformation de nos vieilles habitudes destructives, faire le ménage interne et externe.

 

  1. Développer des nouvelles façons d’être et de faire :

 Apprendre à être proactif, identifier nos besoins, maintenir notre bien-être, entretenir des habitudes de vie qui soutiennent notre santé globale. Augmenter notre vitalité, notre joie de vivre, notre amour pour soi et la vie, pour minimiser nos comportements souffrants.

 

  1. Intégration quotidienne :

 Trouver des ressources, des moyens qui nous aident à intégrer ces prises de conscience dans notre quotidien et pratiquer

      10. Lâche prise :

 Avoir confiance que l’intelligence innée en soi, chez les autres et dans la vie, est à l’œuvre, on peut relâcher et permette le processus de guérison de suivre son parcours.

       11. La gratitude :

 S’ouvrir à la grâce, être dans la reconnaissance pour tout et tous ceux qui font partie de ce grand voyage humain, les intervenants aidants et même ceux qu’on peut identifier comme adversaire honorable dans notre apprentissage de vie.

 

 

Et voilà un court aperçu, d’un processus complexe et parfois mystérieux, et paradoxalement si proche et simple, qui est continuellement à l’œuvre, complice dans notre évolution.

 Humblement on accepte d’être des apprentis, espérons que notre apprentissage amène plus de joie et de santé dans nos vies et sur cette terre.